Les mygales

Il me reste une trentaine de specimens dont en majorité: Poecilotheria, Avicularia, Brachypelma, Teraphrosa blondi.

 

Ces animaux ne sont pas reproduits étant donné la responsabilité qu'un tel élevage incombe et la législation genevoise ne permettant pas la vente libre, ce qui pour ma part est une bonne chose mais malheureusement rarement respectée.

 

Et c'est ainsi que d'effet de mode, ces animaux finissent parfois lâchés dans la nature. On ne le dira jamais assez: un être vivant n'est pas un jouet qu'on jette quand on ne le veut plus!

 

Avant de prendre des espèces exotiques, il faut bien se renseigner sur leur biotope, leur longévité, les soins ou aliments dont ils ont besoin, de l'espace nécessaire à leur développement.

 

Lâchés dans la nature peut impliquer des catastrophes écologiques, des mutations d'espèces et la destruction de la faune et la flore locale.  Bien que ces espèces ne soient pas présentes sous nos latitudes, les caprices climatiques, le réchauffement de la planète font que certaines pourraient très bien survivre en passant l'hiver au chaud....

 

Si vous ne voulez plus de vos espèces exotiques, confiez-les à un vivarium ou des herpétologues compétents prendront vos protégés en charge. Je rappelle également qu'il en va de même en cas de morsure, mieux vaut savoir de qu'elle espèce il s'agit car pour la plupart, les anti-venins n'existent pas.

 

 

 

Poecilotheria regalis
Poecilotheria regalis

Cette espèce vit en Inde et est arboricole. Elle fréquente volontiers les bananeraies. Son venin est neuro-toxique et provoque nécroses, paralysie, tremblements, voire la mort.

Je rappelle ici que ces animaux ne sont pas faits pour être manipulés

d'autant qu'en plus de leur venin, elles sont dotées de poils urticants.

 

 

 

Poecilotheria regalis
Poecilotheria regalis
Aphonopelma Seemani
Aphonopelma Seemani

Cette mygale est originaire du Costa-Rica où elle vit dans des terriers profonds dans la forêt pluviale tropicale. L'abdomen est habituellement d'un brun-noir avec des poils roux et filières orange. Les pattes sont brun foncé/noir avec des lignes distinctes crème longitudinales le long des pattes. Cette espèce peut être très lunatique et imprévisible et n'est pas recommandée pour un débutant.

 

 

Brachypelma smithi
Brachypelma smithi

La mygale mexicaine mesure de quatre à huit cm environ.

La partie avant du corps est de couleur noire bordée de couleur beige.  La quatrième partie des pattes, en partant du corps, le genou, est de couleur rouge-orangé.  Les cinquième et sixième parties des pattes en partant du corps (le rail et métatarse) ont au bord inférieur un anneau orange rouge.

La partie arrière du corps est noire, et porte ainsi que les pattes, des poils plus longs orangés et rougeâtres. C'est là aussi que se trouvent les poils urticants qui caractérisent cette espèce d'araignées.

Brachypelma Smithi peut être facilement confondue par les profanes avec Brachypelma annitha. Contrairement à celle-ci chez B. smithi les genoux et les anneaux des pattes sont complètement colorés. Chez Brachypelma annitha au contraire les anneaux de couleur n'entourent pas complètement la patte.

 

Mygale plutôt calme ayant injustement contribué à la mauvaise réputation de ces animaux.

 

CETTE ESPECE FAIT PARTIE DE LA LISTE DES ANIMAUX EN VOIE DE DISPARITION et on ne trouve plus guère la smithi qu'en élevage.

 

 

Pamphobeteus ultramarinus
Pamphobeteus ultramarinus

Cette espèce fait partie de la famille des Teraphrosaidee qui comptent parmis les plus gros spécimens terrestres. Celle-ci est originaire du Pérou/Bolivie. C'est une mygale assez nerveuse qui ne fait pas exception au genre. Elle bombarde facilement, ses soies sont très irritantes. Elle tisse peu, se cache dans une cuvette qu'elle creuse sous son abri. Son activité est plutôt crépusculaire à nocturne, on peut alors la voir arpenter son terrarium. Dérangée, elle fait face, mais plutôt que d'essayer de mordre, elle lève son abdomen dans une position très caractéristique, assez rare chez les mygales terrestres mais que l'on retrouve également chez Avicularia par exemple. Acculée, elle n'hésitera pas à mordre.

 

 

Brachypelma vagan
Brachypelma vagan

il s’agit d’une mygale assez commune par ses couleurs : brun-noir foncé assez uniforme, et abdomen comportant des poils rouge orangé. Le cephalothorax possède une bordure plus claire typique. Cette espèce peut être manipulée, mais il ne faut pas oublier les soies urticantes qu’elle possède : ceux-ci ont le même effet que le poil à gratter, mais ils restent beaucoup plus longtemps accrochés. Evitez donc de l’effrayer pour qu’elle ne se frotte pas l'abdomen. Dans la nature, cette espèce vit dans les forêts tropicales humides, principalement du Mexique du Sud et du Centre. Bien que préférant les zones humides, elle peut être visible dans des zones plus caillouteuses, aux abords de savannes, ou en prairie.

 

 

Brachypelma vagan
Brachypelma vagan
Brachypelma albopilosa
Brachypelma albopilosa

Cette araignée est originaire du Costa Rica et Honduras, où elle peut être trouvée dans les forêts tropicales, dans des terriers profonds ou au pied de nombreux arbres. Elle est réputée pour son appétit vorace et s'il y a une mygale qui pourrait être suralimentée, c'est celle-ci!

Cette mygale est en général assez calme. Attention, c'est une reine de l'évasion. Ses poils sont frisés et très urticants mais de par sa nature, c'est une mygale conseillée pour un débutant.

 

 

 

 

Iridopelma hirsutum
Iridopelma hirsutum

Petite mygale arboricole originaire du Brésil. Cette espèce a tout d'abord été classée parmis les Avicularia pour ensuite appartenir au genre Teraphrosaide.